La 6e édition aura lieu les 15, 16 et 17 septembre 2017

   
 
Hommage aux pionniers

Lors de chaque édition, La Fête au Petit Village honore une famille et une entreprise dont la contribution et la présence sur le territoire ont été marquantes pour l'histoire locale. Les textes ont été composés par M. Claude Ferland et M. Pierre-Paul Lachapelle. Cliquez sur les années suivantes afin d'afficher les différentes informations.

2015


FAMILLE THOUIN

L’ancêtre de tous les Thouin en Amérique est Roch Thouin, fils d’Antoine et de Perrette Gagnon ou Gaignon de la paroisse de Notre-Dame de Saint-Marin-le-Gaillard, archevêché de Rouen en Normandie (Seine –Maritime), né vers 1644.

Il fut l’un des premiers défricheurs de Repentigny, probablement recruté en 1670 à Québec par Jean-Baptiste Le Gardeur afin qu’il participe à la construction du de la maison seigneurial située à la pointe ouest de Repentigny.

Roch Thouin se maria à Boucherville le 17 novembre 1673 avec Denise Colin. De cette union naquirent trois filles et cinq garçons dont deux moururent en bas âge.

Les Thouin ont toujours porté un grand intérêt à la terre. Ils furent de grands propriétaires terriens à Repentigny, mais aussi dans le sud de Lanaudière. Ils furent également d’excellents agriculteurs.

Concernant le volet social, plusieurs membres de cette famille se sont activement impliqués dans les affaires de la fabrique en tant que marguilliers.  De plus plusieurs ont occupé  le poste de capitaine de milice,  poste prestigieux sous le régime français.  Dès la formation du premier conseil de ville de Repentigny, nous retrouvons  un membre de cette illustre famille occupant un poste de conseillers. Par la suite plusieurs membres furent conseillers, ainsi que maire.   

A Repentigny une rue immortalise ce patronyme. Une rue connue de tous à cause du Centre à Nous  qui y est érigé.   Heureuse coïncidence, ce bâtiment est tout à fait à l’image des Thouin, car il abrite de nombreux organismes voués au mieux-être des membres de notre collectivité.

En septembre 2015, la corporation de la fête au petit village honore cette famille, en la reconnaissant comme l’une des  familles souches de Repentigny en plantant un érable à sucre à l’entrée du petit village secteur ouest.

Les Thouin d’aujourd’hui peuvent-être fiers de leur ancêtre Roch et de sa descendance. Vous faite partie d’une famille qui impose le respect et l’admiration donc l’engagement social ne s’est jamais démenti.  





2013


FAMILLE LONGPRÉ : FAMILLE PIONNIÈRE DE LA PRESQU'ÎLE

Le nom de famille Longpré aurait été donné par les Amérindiens Abénakis à un jeune enfant de la Nouvelle Angleterre fait prisonnier lors du raid de Deerfield au Massachusetts en 1704. Guillaume, le premier à porter le nom de Longpré, est adopté par les Abénakis et, à sa majorité, s’installe à Montréal, se marie et se fait coureur des bois.  Puis, il devient officier de la milice à Longue-Pointe.  Il adopte un jeune amérindien baptisé Louis Longpré.  Ce Louis Longpré se marie en 1785 à Longue-Pointe, à Marie-Angélique Janot-Lachapelle. Très tôt, le couple s’installe au rang de la Presqu’Île.

Depuis, les Longpré ont continué à vivre à la Presqu’Île pendant de nombreuses générations. On retrouve trois ou quatre souches de Longpré qui, bien qu’ils aient eu les mêmes ancêtres, ne se reconnaissent comme parents.  Les Longpré de la Presqu’Île sont demeurés de fiers agriculteurs dont la présence domine sur les terres agricoles de tout Repentigny.

 

 

LES MARCHÉS IGA CREVIER DE LANAUDIÈRE : UNE ENTREPRISE IMPLIQUÉE DANS SA COMMUNAUTÉ DEPUIS PRÈS DE 50 ANS 

En 1966, Jean-Claude Crevier et son père arrivaient à St-Paul-l’Ermite. Ces bâtisseurs d’une famille d’épiciers de Laval avaient acheté l’Épicerie IGA Lebeau de St-Paul-l’Ermite qu’ils ont fait rapidement prospérer en s’impliquant dans la communauté.

Ayant fait de son épicerie une entreprise solide à St-Paul-l’Ermite, Jean-Claude Crevier se fait partenaire avec son concurrent, mais néanmoins ami et concitoyen, Georges Pilon, pour fonder les épiceries IGA Crevier de Lanaudière. Puis, ensemble, ils se sont associés à des directeurs et un personnel de première qualité. Aujourd’hui, l’ensemble des IGA Crevier de Lanaudière compte 9 supermarchés, emploie plus de 1 150 personnes et dessert plus de 110 000 clients par semaine. 

Parce que les Crevier s’intéressaient aux produits locaux et artisanaux ainsi qu’à la cuisine populaire, La Fête au Petit Village a adopté la recette de Mme Crevier pour son fameux ketchup. Nul doute, les Marchés IGA Crevier de Lanaudière se démarquent pour leur leadership d’entreprise, leur attention envers des producteurs locaux et leur implication dans la communauté.





2010


FAMILLE RIVET ou RIVEST :  FAMILLE DE BATISSEURS

Les Rivet, d’abord établis à St-Sulpice près des limites de Repentigny, ont pris racine aussi sur notre territoire, d’abord dans sa partie orientale le long du fleuve et plus tard dans la paroisse de St-Paul-l’Ermite.

Cultivateurs, ils touchèrent aussi au monde des moulins à farine et à scie, pour devenir enfin de très importants constructeurs à Repentigny, notamment au cours de la 2e moitié du 20e siècle. Le nombre de noms de rues faisant allusion aux Rivest est unique. De nombreux Rivest ont été ou sont encore des marchands de bois dans plusieurs municipalités de Lanaudière.  La participation des familles Rivest à la vie municipale et paroissiale a toujours été importante; à titre d'exemple, Léopold Rivet et Joseph Rivest furent maires de St-Paul-l’Ermite durant de nombreuses années au 20e siècle. 

 

 

LES ARSENAUX CANADIENS ET GENERAL DYNAMICS: UN ARRIMAGE COMMUNAUTAIRE VIEUX DE 70 ANS

En 1940, c’était l’effort de guerre de 1940.  Canadian Arsenals arriva brutalement à Saint-Paul-l’Ermite.  La vie au village tout autant que la population allait se transformer rapidement et de façon irréversible.

Pendant 70 ans, les dirigeants et le personnel de l’Usine Cherrier des Arsenaux canadiens, puis de l’Usine de Le Gardeur de SNC Technologie et enfin de General Dynamics, ont grandement contribué au mieux-être de toute la population du Petit Village.  Pendant 70 ans aussi, l’usine à Le Gardeur a mis tout en œuvre afin d’assurer la sécurité de la communauté compte tenu de la dangerosité des matières de défense qu’elle produit.  General Dynamics et ses prédécesseurs ont su créer un esprit de collaboration et de respect avec la complicité de la communauté.  Un grand coup de chapeau à ces artisans, ouvriers et dirigeants de cette usine!

 





2008


FAMILLE DESCHAMPS :  FAMILLE PIONNIÈRE DU PETIT VILLAGE

Les Hénault dit Deschamps ont pris racine au bas de la rivière L’Assomption vers 1720. Les frères Deschamps ont acquis plusieurs terres à l’ouest du Petit Village et y ont construit des maisons de pierre dont l’une a été habitée jusqu’en 1933 par leurs descendants. Comptant quelques voyageurs de la traite des fourrures à cette époque, ils se sont fait remarquer par l’acquisition du domaine seigneurial des Le Gardeur à la fin du régime français. À cet endroit, qui porta longtemps le nom de « la pointe de Repentigny », les membres de cette famille y furent cultivateurs et opérèrent la grande traverse ainsi qu'une auberge.

La famille Deschamps a occupé une place prépondérante dans la communauté. Plusieurs membres se sont distingués comme capitaines de milice. La vie politique municipale des 150 dernières années a connu sept membres comme maires de Repentigny dont la mairesse actuelle, madame Chantal Deschamps.

 

 

CAISSE POPULAIRE DE SAINT-PAUL-L'ERMITE: 50 ANS D'EMPOWERMENT À LA COMMUNAUTÉ

Les gens du Petit Village (de la Municipalité de Saint-Paul-l’Ermite) ont connu au début du 20e siècle la Banque d’Hochelaga, puis la Banque canadienne nationale et enfin, en 1941, la Banque Royale du Canada.  Plus tard que les villes et villages avoisinants, en 1958, une Caisse populaire Desjardins s’est implantée au Petit Village.  Après un an, la Caisse populaire Saint-Paul-l’Ermite avait moins de 100 000$ en capital, alors qu’au moment de sa fusion avec les autres Caisses de la MRC de l’Assomption,  en 2010, elle avait plus de 300 000 000$ en capital.

Si la Caisse de Saint-Paul-l’Ermite s’est illustrée par son engagement communautaire et son implication dans le développement économique, elle a été surtout un acteur dans le développement du crédit, un crédit vers l’aide aux familles et non sur leur exploitation. La Caisse populaire de Saint-Paul-l’Ermite, un magnifique exemple d’apprentissage à la concertation et à l’entraide!

 





2006


FAMILLE ARCHAMBAULT :  FAMILLE PIONNIÈRE DU PETIT VILLAGE

Cette famille, qui venait de Pointe-aux-Trembles, a été l’une des premières, au début du 18e siècle, à s’établir au nord de la rivière L’Assomption sur des terres que Pierre Le Gardeur, seigneur de Repentigny et seigneur de Lachenaie, venait de lotir. Au fil des ans, la famille Archambault, a acquis, développé et cédé de nombreuses terres à l’est du Petit Village.  Elle a compté plusieurs artisans, médecins et hommes de loi dont certains ont occupé des emplacements au cœur même du « Petit Village ». Plusieurs Archambault ont été maires de St-Paul L’Ermite. De plus, une branche de la famille a fondé une dynastie de marchands à L’Assomption.

Le nom Archambault a marqué le monde de la musique, grâce à Edmond Archambault qui a fondé la société commerciale Archambault Musique. La bibliothèque du secteur Le Gardeur, à Repentigny, rappelle le nom de cet artiste et homme d’affaires.

 

LA PAROISSE SAINT-PAUL-L'ERMITE: 50 ANS DE CONTRIBUTIO COMMUNAUTAIRE

Après plusieurs requêtes auprès de l’évêque de Montréal, la « population de la partie d’en-haut » (le Petit Village de l’Assomption) obtient de Mgr  Bourget, en 1856, qu’il érige une nouvelle paroisse.  Trois ans plus tard, l’évêque consacre l’église nouvellement bâtie en l’honneur de Saint Paul l’Ermite.

La paroisse a été pendant 150 ans le principal centre de rassemblement des gens de Le Gardeur.  Jusqu’à la Révolution tranquille, les services psychosociaux et éducatifs passaient par l’évêché et, sur un plan local, par la paroisse.  La paroisse soutenait la vie communautaire, l’entraide et avait un pouvoir informel de contrôle sur tous les citoyens.  Agent régulateur de son patelin, la paroisse a joué un rôle fondamental auprès de toute la population du Petit Village et a grandement participé à son développement.